Comment le numérique peut aider à lutter contre le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique est l’un des défis les plus pressants de cette époque, menaçant la planète et ses habitants. Le numérique avec son potentiel pour l’innovation et la transformation peut jouer un rôle important dans la lutte contre ce phénomène. Quelles sont les différentes façons dont le numérique peut contribuer à atténuer le réchauffement climatique ? 

Au niveau de l’intelligence artificielle

De nombreuses entreprises du numérique ont décidé de se mettre au vert pour lutter contre le réchauffement climatique. C’est le cas d’Orange Madagascar. Pour en savoir plus, cliquez sur https://midi-madagasikara.mg/lutte-contre-le-rechauffement-climatique-le-numerique-se-met-au-vert/

A lire également : Découvrez le matelas mousse : innovation et confort au quotidien

Il est devenu nécessaire d’utiliser l’intelligence artificielle (IA) contre le changement climatique. Ce processus repose sur le traitement par des ordinateurs d’immenses masses de données. 

Ainsi la mise au point d’un seul système d’intelligence artificielle peut produire pratiquement cinq fois les émissions de gaz à effet de serre d’une voiture pendant toute la durée de vie de celle-ci. Mais l’intelligence artificielle est aussi capable d’optimiser de nombreuses activités humaines, de façon à ce qu’elles consomment moins d’énergie et de ressources naturelles.  

Lire également : Est-ce une bonne idée les prénoms tendances ?

Au niveau des applications et des moteurs de recherche

Le citoyen qui veut surveiller son empreinte carbone dispose de nombreuses applications à cet effet. Il existe par exemple des applications qui permettent de savoir exactement quelles seront les émissions produites par un déplacement en voiture ou en avion. D’autres encore permettent de scanner divers produits pour mesurer leurs impacts environnementaux.  

Le travail à distance ou télétravail

Tout le monde se demande si le recours au travail à distance pendant la pandémie de la Covid 19 a été bon pour l’environnement. C’est une question complexe. Toutefois, selon l’Agence internationale de l’Énergie, si tous les travailleurs travaillaient de chez eux une fois par semaine, les émissions de carbone diminueraient de 24 millions de tonnes par an. 

De manière générale, les travailleurs qui utilisent leur véhicule pour de longs trajets réduisent certainement leurs émissions en restant à la maison, estime l’AIE. Mais ceux qui ont un trajet plus court (inférieur à 6 kilomètres) pourraient en réalité utiliser plus d’énergie s’ils restent à la maison avec leur chauffage allumé.

Les centres de données

Les centres de données sont des gigantesques alignements de serveurs qui sont au cœur de l’économie numérique. Et ils représentent des consommations électriques très importantes. Mais, selon une étude publiée dans le journal Science, ils ont réussi à faire des bonds inespérés en matière d’efficacité énergétique. 

En 2018, leur consommation d’électricité représentait toujours 1% de la consommation mondiale, malgré une demande en pleine explosion. Les centres de données progressent notamment dans la réduction des coûts de refroidissement des serveurs. Les plus performants mis en service aujourd’hui utilisent environ 16% de l’électricité qu’ils consomment pour se refroidir, et non plus 50% comme il y a quelques années.

Le concept de ville intelligente

Selon une étude réalisée par les Nations unies, les villes comptent pour 70% des émissions de gaz à effet de serre. Renforcer leur efficacité énergétique est donc une priorité, d’autant plus que la population urbaine ne cesse de s’accroître. Les capteurs et l’intelligence artificielle peuvent être une manière d’aider à optimiser la climatisation des bâtiments, l’éclairage public, la circulation automobile.